Articles

Info : les tickets de caisse.

En partenariat avec Auxo Expertise, Mulhouse et Kintzheim

Certains d’entre vous, imprime des tickets de caisse ou des tickets CB via des logiciels de caisse.

Dès 2023, l’impression du ticket de caisse ne sera plus systématique. Dans le cadre d’une politique en faveur de la transition écologique et de la santé publique (loi 2020‑105 du 10‑2‑2020 relative à la lutte contre le gaspillage) , et en application de l’article L 541‑15‑10 du Code de l’environnement, à compter du 1‑1‑2023, l’impression des tickets de caisse, de carte bancaire ou des bons d’achat ne sera plus systématique.

Qui ? … Sont concernés par cette suppression les tickets de caisse émis par les surfaces de vente et les établissements recevant du public, les tickets de carte bancaire, les tickets produits par des automates, les bons d’achat et les tickets promotionnels ou de réduction.

Non concernés… Ne sont pas concernés les tickets de caisse relatifs à l’achat de biens « durables » (listés à l’article D 211‑1 du Code de la consommation), tels que l’électroménager, la téléphonie, l’informatique, etc., ainsi que les opérations de cartes bancaires annulées ou faisant l’objet d’un crédit.

Une impression à la seule demande du client. Désormais, et dès le 1‑1‑2023, les commerçants ne devront imprimer les tickets de caisse qu’à la demande des clients.

Conseil. Pour éviter les éventuels « clients mécontents », affichez ces informations sur votre comptoir ou votre caisse, pour les sensibiliser à ce changement. Et mettez en avant la démarche écologique (Rép. min. Masson du 23‑9‑2021, Sénat, n° 18377) .

Tirer parti de cette interdiction ? La mise en place de la dématérialisation du ticket de caisse (envoi par courriel ou SMS) comporte de nombreux avantages en termes de marketing. En effet, pour recevoir un ticket de caisse et donc prouver son achat, l’acheteur doit laisser au minimum son adresse électronique, une information capitale pour fidéliser votre clientèle, à condition toutefois que votre client ait donné son accord pour une telle utilisation de ses données personnelles, conformément au Règlement général sur la protection des données (RGPD).